Mot du jour : dépayser (verbe)

Mes chers lecteurs, je suis curieux de savoir ce qui vous dépayse. Ce mot, qui est composé du substantif «un pays » et du préfixe «de», signifie être quelque peu troublé ou dérangé par le changement de pays, de situation ou de décor. Une ville peut bien évidemment dépayser un individu, mais même un restaurant ou un magasin peut avoir le même effet. C’est d’ailleurs assez surprenant et agréable de constater la puissance que de petits détails peuvent avoir sur nous. Une odeur, une couleur, un son peuvent nous transporter vers un tout autre univers très subitement et de manière imprévue.dépayser

C’est exactement ce sentiment de dépaysement que recherchent un grand nombre entre nous lorsque nous partons en voyage. On recherche quelque chose de nouveau, d’étrange, de dépaysant.

Autant qu’il soit facile d’être dépaysé lorsqu’on voyage, autant qu’il soit plus rare d’être dépaysé dans la ville ou le pays où l’on habite de manière permanente. Mais ce n’est évidemment pas impossible. Avez-vous été récemment dépaysés ?

Mot du jour : vachement (adv.)

Il y a très longtemps que je n’ai plus partagé avec vous un mot particulier de la langue française sur mon blogue. Je dirais même plus, il y a vachement longtemps.

Avez-vous déjà réfléchi à l’adverbe « vachement » ? Il s’agit d’un synonyme pour « beaucoup » ou « très ». On pourrait donc aussi dire « J’ai vachement soif. » Mais d’où vient cette origine bovine ? Souvent les adverbes viennent d’un adjectif. Mais dans ce cas-ci, l’adjectif « vache» n’a rien à voir avec l’adverbe correspondant. Lorsqu’un vacheindividu parle d’« un coup vache », il parle d’une action méchante. Comment alors une liaison a-t-elle été créée entre « méchant » (vache) et « beaucoup » (vachement) et surtout le substantif, une vache ?

Malheureusement pour nous, il s’agit d’une de ces conceptions linguistiques dont l’origine s’est perdue dans l’histoire. J’ai effectué vachement beaucoup de recherches sur Internet, sans trouver de réponse à cette énigme. Peut-être qu’un de mes lecteurs en connaît l’origine…